INVESTISSEMENT DE 11 MILLIONS $ DANS LA TEII

 

BFC Valcartier, Qc. – À 0900h hier matin le 9 septembre 2018, le lieutenant-colonel Alain Denault, commandant du Centre d’excellence de la Division bleue du Canada (CE Bleue DIV) a fait une annonce très attendue devant les représentants des états-majors de toutes les unités de la réserve de la division qui s’étaient réunis pour une fin de semaine vouée à l’implantation de meilleures pratiques entre les unités.  Après des rumeurs voulant que d’importants fonds soient injectés dans la formation des réservistes, le lieutenant-colonel Denault a en effet confirmé qu’Ottawa comptait injecter la somme de 11 millions $ pour l’été 2019 ayant comme but d’être pleinement investie dans le Trimestre estival d’instruction individuelle (TEII).

«Nous avons suivi les recommandations des officiers et des sous-officiers seniors des unités de la réserve mais aussi de nos instructeurs qui viennent enseigner à chaque été sur la TEII.  Nous savons que des années de coupures budgétaires, le manque d’équipement, la pression de plus en plus élevée sur les instructeurs et la réduction du temps des cours sont des facteurs ayant grandement nui au niveau de l’instruction et donc réduit du fait même la qualité des soldats qui graduent de leurs formations militaires.»  A introduit le lieutenant-colonel Denault devant plus d’une centaine de ses collègues.  «Ottawa a répondu à notre appel et a décidé d’injecter 11 million de dollars pour l’été 2019.  L’état-major du CE Bleue DIV a donc décidé, après de longues consultations, que la totalité des fonds iraient à l’abandon définitif du terme TEII et à l’adoption du terme PEII, pour Période estivale d’instruction individuelle.»  A poursuivi le lieutenant-colonel avant d’être applaudi longuement par ses comparses venant des quatre coins de la province.

UN INVESTISSEMENT QUI SOULAGE

«On est très content de la direction que prend le CE Bleue DIV, on avait bien besoin d’un tel investissement et on aime vraiment le nouveau nom.  Ça va grandement contribuer à toujours améliorer l’instruction de nos gars et de nos filles.»  Nous a expliqué le lieutenant-colonel Gilles Gagnon, commandant du Régiment des Appalaches, accompagné de son sergent-major régimentaire et de plusieurs de ses officiers.  «Honnêtement on sait depuis longtemps que le terme trimestre avait pas vraiment raison d’être et que période est beaucoup plus approprié.  En plus sa féminise l’acronyme donc c’est vraiment bien.»  Souligne la lieutenant-colonel Marianne Saint-Louis, commandante du Régiment de Gatineau.  «Nos instructeurs sont pas mal mis à l’épreuve à chaque été, on reçoit beaucoup de commentaires négatifs de nos membres qui se plaignent de l’absence de ressources et d’un contrôle trop extrême sur ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire.  On a confiance que le changement de nom va grandement soulager les instructeurs et du fait même améliorer la qualité des stagiaires.»  Nous a indiqué le lieutenant-colonel Alain Martel, commandant du Régiment de Maisoneault.

Après l’annonce de l’investissement, l’adjudant-chef Martin Faubert, sergent-major du CE Bleue DIV a précisé comment les 11 millions $ seront dépensés concrètement dans le tout nouveau PEII.  «Premièrement une grosse partie des fonds iront à changer tous les endroits où s’est écrit TEII et remplacer ça par PEII.  Déjà là on dépense presque la moitié du nouveau budget.»  Explique le sergent-major Faubert.  «Ensuite on veut publiciser le nouveau nom avec des affiches et des publications sur les réseaux sociaux pour inciter nos instructeurs à donner une autre chance au CE Bleue DIV et donc à répondre à l’appel massivement l’été prochain.  On veut rebâtir nos liens avec les instructeurs et créer un climat de confiance propice à l’instruction.»  Ajoute le militaire qui en est à sa 23e année au CE Bleue DIV.  «Finalement l’argent qui va rester, en plus d’une bonne partie de l’argent qui était supposée aller à l’achat de nouveau matériel, sera investi dans une firme privée de marketing pour créer un filtre Snapchat pour publiciser le changement de nom comme ce qui avait été fait il y a une ou deux années par les Affaires publiques.  Mais ça va couter beaucoup plus cher que ce que eux avaient fait.»  Termine l’adjudant-chef Faubert.  Rappelons que le Centre des affaires publiques des Forces armées canadiennes avait créé un filtre Snapchat à l’été 2017 pour supporter sa campagne de recrutement et de visibilité.

Les seuls membres du rang juniors présents lors de l’annonce, soit les chauffeurs des différents commandements présents, n’ont pas été autorisés à répondre à nos questions.

 

– Article par le caporal-chef Philippe Doucette pour Le Bleu et Or.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s