99.3% DES RÉSERVISTES AURAIENT DES PROBLÈMES DE PAYE

 

Québec, Qc. – Un rapport accablant du Vérificateur général des Forces armées canadiennes indique, suivant une étude menée dans tous les régiments de réserve de l’Armée canadienne, que 99.3% des réservistes auraient eu des problèmes de paye dans la dernière année.  Interrogé sur le rapport, le général Andrew Halls, commandant du Service logistique des FAC, nous a simplement répondu que : «Les réservistes ont pas vraiment besoin d’un revenu stable vu que papa-maman payent leurs études.  En fait pour être honnête je savais même pas que notre armée avait des réservistes avant le début de la semaine passée hahaha!» S’est esclaffé le général Halls lors d’une entrevue téléphonique avant de faire semblant que son téléphone coupait en rentrant dans un tunnel.

Après notre vérification des données, il semblerait que 00.7% des réservistes aient confirmé ne jamais avoir eu de problème de paye.  Étonnement, il faut aussi constater que 00.7% des réservistes sont engagés comme commis dans l’une ou l’autre des salles des rapports des unités de réserve de la division.  Il n’a pas été possible de confirmer s’il y a une corrélation entre les deux statistiques mentionnées.

PLUSIEURS RÉSERVISTES QUESTIONNÉS SUR LE RAPPORT

La plupart des réservistes questionnés nous ont confirmés que les problèmes de paye sont non seulement fréquents, mais qu’ils font partie de la vie de réserviste.  «Pour vrai ça fait partie de notre vie au régiment!  Quand c’est la norme de pas avoir le bon montant à chaque paye on s’en fait pas trop… Au moins je peux ramasser des sacs de pain et des pommes après les GPE pour pouvoir me nourrir le reste de la semaine donc c’est déjà ça de bon.»  Raconte le caporal Jean-François Martel du Régiment du Lac-Saint-Jean.  «Moi j’ai des payes dans le négatif depuis l’an dernier même si je rentre trois fois par semaine… Techniquement c’est moi qui paye l’armée.»  Ajoute la caporale Patricia Finley du Royal Rifles of Montreal qui doit plus de 14 870$ aux Forces selon sa salle des rapports.  D’autres militaires sont dans des situations encore plus précaire et confuse, comme l’adjudant Carl Lepage du 4e bataillon du 22e Régiment d’Infanterie : «Comment ça une paye?  Vous êtes payé vous autres??  Je pensais que c’était du bénévolat la Réserve!!  Oh shit j’ai été en Bosnie pis toute… Je suis dans le système depuis 1998!!  Oh boy…» Nous a répondu l’adjudant, l’air étonné, avant d’aller remplir plus de 700 feuilles de paye.

DES RÉACTIONS PLUTÔT INVERSE CHEZ LES COMMIS

Interviewés sur la question, les commis de diverses unités des deux brigades de réserve de la division ont réagi au rapport bien différemment.  «Comment ça des problèmes de paye?  J’ai jamais eu de problème de paye, moi!»  Indique la sergent Lise Lambert, commis-chef des Fusiliers de Québec.  «C’est pas notre faute, c’est un nouveau système pis on a pas les accès.»  Se défend le caporal Ralph Nguyen, commis au Guards Regiment of Canada.  «Ben là cette semaine j’ai pas le temps de finir les payes donc ils attendront à dans deux semaines. Là c’est vendredi pis il est presque midi.  Les vendredis on fini à midi.»  Précise la caporale Hélène Leclerc, vêtue en civil et visiblement agacée par nos questions.

L’adjudant Denis Lefrançois, commis-chef de la Brigade de la Région de Québec, nous a indiqué ce qui causait les problèmes de paye des réservistes.  «Il faut comprendre que c’est la faute du membre si il ne reçoit pas sa paye.  Lorsque le membre sait qu’il a une tâche, il doit remplir un CF-872 qu’il doit brocher avec un CF-119 et remplir la feuille rose que vous voyez ici.  Cette feuille-là doit être faxée à la brigade, par le membre, avec son propre fax, puis ça va monter à la division, puis à Ottawa au Centre de contrôle des tâches CFTPO et des demandes de cotes de sécurité des FAC.  Ça va aller dans une pile et eux vont ensuite approuver la tâche et faire redescendre ça à la division pour approbation du commandant et ensuite à la brigade, puis à l’unité et ainsi de suite jusqu’au membre.  Mais ils ont les cotes de sécurité à s’occuper aussi à Ottawa!  Et ils sont débordés.  Mais le membre doit faire le suivi, c’est pas notre job.  Ensuite il faut que le membre s’assure qu’avant son départ il vienne chercher sa feuille de route, son CFTPO, son autorisation du SMR et du commandant pour aller sur la tâche et son CF-663 broché avec la feuille bleue que vous voyez ici.  C’est la responsabilité du membre.  Mais il doit nous avertir une semaine avant pour qu’on prépare tout ça et qu’on aille les autorisations avec le système et doit nous rappeler deux jours avant pour être certain qu’on l’a bel et bien fait.  C’est au membre de faire le suivi.  Il doit aussi nous dire de faire les réclamations au retour mais en passant par sa chaîne de commandement, pas par nous.  Pis c’est un nouveau système.  Pis on est débordé.  Pis les vendredis on fini à midi donc…  Pis c’est la faute du membre.»

Une semaine après la sortie de notre enquête sur le rapport, le Chef d’état-major de la Défense, le général Ron Dustan, a fait savoir en communiqué de presse que les «problèmes de paye seront réglés… À condition que les militaires soient en contrat Classe B de plus de 180 jours, évidemment.»

 

– Article par le caporal-chef Philippe Doucette pour Le Bleu et Or.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s