L’EXERCICE STRIDENT JUNCTION PREND FIN!

Copenhague, Dk. – l’Exercice STRIDENT JUNCTION se termine officiellement aujourd’hui alors que près de 50 000 militaires venant de tous les pays membres de l’OTAN se sont rassemblés au Danemark pour mener le plus gros exercice depuis la fin de la Guerre froide.  Le commandant de la Division Bleue du Canada, le général Yves Bonsecours, est sans équivoques : malgré quelques incidents, l’exercice a été un grand succès.

S’il n’est pas inhabituel que l’OTAN mène de grands exercices, STRIDENT JUNCTION a été certainement un défi de taille.  L’objectif : Déplacer le plus possible de kit.  « Avec nos alliés de l’OTAN, nous avons réussi à déplacer une véritable montagne de kit.  On a amené du kit par avion, par bateau et évidemment par la force brute de nos militaires. » Explique le général Bonsecours avant d’embarquer dans l’avion pour le Canada avec son rucksack, deux kit-bags, une barrack box (la grosse, pas la petite) et son sac de laptop en bandoulière.

Si la Défense n’est pas reconnue pour son efficacité en matière de préservation des ressources ni pour l’utilisation raisonnable de son budget, elle excelle à une chose et c’est de charrier du kit… Mais aussi du stock : « Les militaires canadiens sont formés pour développer une grande expertise en ce qui concerne le charriage de stock.  On s’est assuré que nos gars bougent de camp à chaque soir pour maximiser la quantité de stock qui serait déplacé d’un endroit à l’autre. » Indique la major Denise Lefebvre, responsable des opérations de mouvements pendant l’exercice.  « La seule et unique responsabilité de nos traffic techs est de bouger du kit du point A au point B… Mais chaque militaire canadien est en quelque sorte un traffic tech tsé… Peu importe son métier ou son grade il est amené à constamment charrier du stock.  C’est ça la beauté de la chose et c’est pourquoi j’adore mon travail. » Termine-elle, les yeux pétillants.

LA RUSSIE RÉPOND À LA SOIS-DISANT PROVOCATION DE L’OTAN

Les autorités russes ont vivement critiquées l’OTAN dès le début de STRIDENT JUNCTION, considérant l’exercice comme une véritable provocation : « Nous avons constatés que l’OTAN déplaçait une formidable quantité de shit à quelques centaines de kilomètres à peine de nos frontières.  La Fédération de Russie considère cela comme une provocation et nous sommons les responsables de l’OTAN de déplacer leurs shits ailleurs.  Sinon nous allons devoir répondre en déplaçant des shits, mais aussi du stock, proche des frontières avec les pays de l’OTAN. » A exprimé Maksim Ivanov, le ministre des affaires étrangères russe.  La semaine passée, une demi-douzaine de navires russes ont ainsi été interceptés dans la mer Baltique transportant une quantité importante de shit.  Une réponse évidente à l’exercice de l’OTAN.

Démêler le kit

L’exercice STRIDENT JUNCTION prend donc fin exactement comme il a commencé pour les quelques 1200 membres de la 25e brigade: dans un hangar rempli de dufflebags et de rucksacs à perte de vue, avec des soldats épuisés et irrités déambulant tristement sous les cris intermittents de caporaux criant ici un TREMBLAY! et là un GAGNON!

« Même après les pires combats, dans les pires conditions, même entouré de ses frères d’armes, à la fin de la journée on est toujours seul à chercher son dufflebag parmis 1000 autres dufflebags… »

– Lcpl Denis, The West Ottawa Rifles of Canada, 7 juin 1944.

 

– Article par le caporal-chef Philippe Doucette pour Le Bleu et Or

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s